Lancement Officiel du projet "FAFY" dans huit régions de Madagascar

L’Office National de Nutrition et le Ministère de la Santé Publique ont lancé officiellement le Programme d’Amélioration des Résultats Nutritionnels (PARN) traduit en Malgache par «Fanjariantsakafo sy Fahasalamana Ifotony (FAFY)» le 09 mai 2018 dans la commune rurale d’Andriambilany, région Vakinankaratra.

Le projet FAFY, financé par un don de l’Association internationale de développement (IDA) à hauteur de 80 millions de dollars et cofinancé par une subvention de 10 millions de dollars du Fonds fiduciaire Power of Nutrition, sera tout d’abord mis en œuvre dans les huit régions du pays qui affichent les taux de retard de croissance les plus élevés et s'étendra progressivement à 15 régions. L’objectif est de réduire de 30 % d’ici 2028 le nombre d’enfants souffrant d’un retard de croissance dans les régions ciblées et d’offrir ainsi un avenir meilleur à quelques 700 000 mères et enfants malgaches.

Ce projet est la première phase d’un programme fondé sur une nouvelle approche-programme à phases multiples lancé récemment par la Banque mondiale. Destiné à améliorer les indicateurs nutritionnels, ce programme à phases multiples durera dix ans et sera financé à hauteur de 200 millions de dollars par l’IDA. Le projet sera divisé en deux phases. Dans la première phase, quatre régions seront pris en compte dont Vakinankaratra, Itasy, Amoron'i Mania et Haute Matsiatra, tandis que dans la seconde phase ce sont les régions d'Analamanga, Alaotra Mangoro, Bongolava et Vatovavy Fitovinany qui bénéficieront du projet.

Le FAFY a pour objectif d’atteindre près de 75 % des enfants de moins de cinq ans.

A Madagascar, où un enfant sur deux souffre d’un retard de croissance, la malnutrition chronique est le principal obstacle au développement du potentiel des individus, au développement humain à long terme du pays et à sa croissance économique. Le gouvernement a pour ambition de réduire de 47 à 38 % le taux de malnutrition chronique à l’horizon 2021. Indicateur alarmant pour le développement d’un pays, le retard de croissance est la conséquence d’un ensemble complexe de facteurs : alimentation peu variée, services de santé difficilement accessibles, services d’eau et d’assainissement défaillants ou encore comportements alimentaires inadéquats pendant la grossesse et la petite enfance.

La Banque mondiale et le Power of Nutrition félicitent Madagascar d’avoir conçu et élaboré un programme aussi ambitieux et prometteur afin de réduire de manière significative la malnutrition chronique dans le pays. La Banque mondiale s’est engagée à soutenir le pays sur le long terme afin de poser de solides fondations qui contribueront au développement du capital humain, à la prospérité des ménages malgaches et aux perspectives économiques de Madagascar», souligne Coralie Gevers, Responsable des opérations de la Banque mondiale à Madagascar.

Le programme donnera la priorité à des interventions visant à assurer une bonne nutrition pendant les 1 000 premiers jours de la vie (de la naissance à deux ans), dont on connaît les effets positifs sur la capacité d’un enfant à grandir, à apprendre et à s’épanouir.

A partir du mois de Novembre 2018, des ateliers au niveau régionale et au niveau district se sont succédé dans les quatre régions d’interventions du projet FAFY pour la première phase.

Tag Officiels: 

Partenaires associés: 

Entité associée: